Une maison d'hôtes
à vocation culturelle et spirituelle

QUI SOMMES-NOUS ?

Les religieuses furent pendant longtemps les seules ou presque à accomplir toutes les tâches  indispensables au bon fonctionnement de l’Abbaye.

Ce n’est plus le cas aujourd’hui.
La Communauté des soeurs de l'Abbaye, puisque telle est son nom, a confié depuis longtemps déjà beaucoup de ses savoir-faire à des salariés tout en conservant un rôle moral significatif au sein de l’établissement.

Aujourd’hui, c’est une équipe mixte et complémentaire qui incarne la vocation d’hospitalité confiée à l’Abbaye. Vingt-cinq salariés (plus ou moins selon les saisons), deux religieuses oeuvrent ainsi de concert et en bonne intelligence, tandis que deux bénévoles contribuent à certaines des missions confiées à la Communauté de l'Abbaye.

Voici donc l'ours de l'Abbaye :
- Direction & communication & hébergement : Yohann ABIVEN (Assistant : Pushpa KARKI)
- Responsabilité de l'accueil et des réservations : Sandrine CORBEL
- Responsabilité de l'animation : Magalie TEILLET
- Responsabilité de la comptabilité : Agnès GUIVARC'H
- Responsabilité de la restauration : Steve RICHEPIN
- Responsabilité des services techniques : Loïc CARRE et Franck JEHANNIN
- Service des chambres : Anita DELAMBILY, Samantha DELAMBILY, Nadine HESRY, Isabelle BOULANGER
- Service en salle à manger : Kévin RAULT, Matthieu TIBEUF, Edith TAISNE, Tiphaine KERROMES
- Cuisine : François BACHELOT, Kanchan TAMANG et Axel HAMON
- Accueil/Réception : Annie GAUBERT, Mélanie CADORET et Claude FEILLATRE
- Tri et légumerie : Joël CONSAËL
- Travail de nuit : Emmanuel SOLER

 

Le mot du Directeur

YOHANN ABIVEN, Directeur de l'Abbaye

est licencié en droit et Docteur en science politique, spécialiste de la socio-histoire du catholicisme français et auteur de plusieurs articles et contributions à des ouvrages.
Producteur pendant plusieurs années du « Billet d’humour » sur les ondes de RCF, ses fonctions à l’Abbaye l’ont dernièrement appelé à siéger au comité de pilotage des Semaines Sociales de Bretagne, au bureau de l’Union Nationale des Associations de Tourisme de Bretagne ainsi qu'à la vice-présidence de l'Office de Tourisme Dinan Cap-Fréhél. Il a exercé auparavant au sein de l’hebdomadaire Témoignage chrétien puis aux Petits Frères des Pauvres. En plus de ses responsabilités à l'Abbaye, Yohann ABIVEN est engagé au sein du cercle Condorcet, de la Maison de l'Europe de Rennes et Haute-Bretagne ainsi qu'au Mouvement européen Ille-et-Vilaine.

 

AU SERVICE D'UN PROJET

L’Abbaye de Saint-Jacut-de-la-Mer relève certes, « platement », des métiers de l’hôtellerie et de la restauration. Se définit-elle pour autant seulement par l’organisation de plannings, de repas, d’hébergement ? Il faut sans doute que ces tâches soient excellemment accomplies pour que, justement, l’Abbaye soit pleinement une maison d’hospitalité et de bienveillance. Il faut surtout asseoir la Maison sur un projet de croissance en humanité. « Prévenance, discrétion, attention, rappelle une visiteuse. Tout est là pour nous guider en nous laissant une parfaite liberté. » Ou bien encore ce propos rapporté sur le Livre d’or de l’Abbaye : « Ici, il est pris soin du bien-être de celui que l’on reçoit, bien-être dans la réponse à ses besoins quotidiens mais aussi bien-être dans l’espace de silence et de liberté qui lui est proposé. »

UNE IDENTITÉ PARADOXALE

Mais parfois aussi, j’entends des propos plus déconcertés face à une réalité ressentie comme un bien étrange paradoxe au cœur d’un établissement religieux : « Un immense merci et bravo pour le confort que vous offrez à vos hôtes : les chambres sont très confortables, les repas sont délicieux, les lieux, le jardin sont magnifiques… Mais quel dommage que les lieux de prière (chapelle, crypte) soient si vides d’ornementations religieuses. »
Paradoxal… C’est, encore, ce que l’on pourrait penser du projet pastoral auquel l’Abbaye donne résonance. Rien d’une attestation tapageuse et prosélyte, tout de la conversion discrète de soi par l’accueil étonné de l’autre. Ouvrons un autre des Livres d’or de la Maison, celui bâti par toutes les causeries qu’on y entend. Notre ami Bernard Feillet dirait sans doute volontiers que la mission de l’Abbaye est de faire surgir d’inattendues « étincelles du divin ». Dans ces conditions, l’identité de l’Abbaye serait de… ne pas en avoir, sauf celle de la questionner sans cesse au gré des vicissitudes venues de toutes ces rencontres, des hôtes connus, d’autres un peu moins mais au fond qu’importe.

UNE SPIRITUALITÉ NOURRIE DE FÉCONDS COMPAGNONNAGES

Jean Sulivan, Marcel Légaut, Emmanuel Mounier, Michel Tournier… Que de compagnonnages intellectuels et spirituels qui ont conduit en ces lieux au travail de la culture par la foi et de la foi par la culture au point de les débarrasser toutes les deux – et heureusement ! – de leurs horizons de certitudes.
Mais à la fin, tout de même, on se demanderait quelle cohérence il y a à nous remémorer Dietrich Bonhoeffer avant d’adresser une invitation à Mona Ozouf ? Et bien, pour mesurer les sonorités intérieures de leurs paroles, condition indispensable à l’engagement dans le monde ou pour le dire à la manière de Marcel Légaut : « L’engagement est d’un tout autre ordre si, au lieu d’être seulement provoqué du dehors et de tenir seulement son origine et son ardeur de l’adhésion à quelque idéologie ou de quelque puissante pulsion, il a été préparé de loin et s’est développé lentement à mesure que l’on s’est approfondi. L’engagement auquel on se livre alors est la conséquence d’une véritable progression vers sa propre humanité, le fruit mûri d’une recherche d’intériorité peut-être plus ou moins inconsciente mais menée à longueur de temps. »

DES PROMESSES D’HUMANITÉ

Alimenter durablement l’engagement est aussi une des tâches visées par le programme des propositions de l’Abbaye, son pan militant en quelque sorte. Intériorité et Engagement écrivait encore Légaut. Nos temps sont différemment militants et à partir des réflexions entendues à l’Abbaye, Intériorité et Questionnement serait désormais à écrire. La congrégation de l’Immaculée, en inventant l’Abbaye, a su discerner tous ces signes des temps. Cette diaconie d’une Espérance chahutée par des paysages spirituels et ecclésiaux en profonde mutation, au cœur d’univers sécularisés où les peurs menacent de tout balayer, l’Abbaye de Saint-Jacut-de-la-Mer, voudrait fidèlement et créativement s’en faire promesse.

LA COMMUNAUTE DE L'ABBAYE

UNE MISSION D’ACCUEIL

Les Sœurs de l’Immaculée sont présentes à l’Abbaye de Saint-Jacut de la Mer depuis 1875. Dès cette date, elles ont voué ce lieu à l’accueil et hébergé depuis lors, nombre d’hôtes. La Maison a ainsi poursuivi activement sa tâche en toute fidélité à l’esprit de ses commencements.
Seuls les publics ont évolué, car les premières personnes accueillies n’étaient pas nécessairement en quête de spirituel, cherchant surtout un lieu répondant à leur attente de repos, de santé et de convivialité.
Au fil des années, la communauté des sœurs de l’Abbaye a été sensible à certains appels auxquels elle pouvait répondre et pour lesquels l’Abbaye semblait prédisposée. Tout en gardant sa mission d’accueil, l’Abbaye s’est ainsi ouverte aux activités de formation culturelle et spirituelle. La référence à la Bible et aux valeurs évangéliques inspire en permanence les choix de la communauté.

ÉCOUTE ET BIENVEILLANCE

La communauté continue à vivre au cœur même de l’Abbaye, afin de mieux garantir la fidélité au projet d’accueil et à son ouverture polyvalente. Elle reste ainsi active d’une autre façon, mieux adaptée au monde d’aujourd’hui.
Par notre travail quotidien, nous assurons de différentes façons des services d’accueil et contribuons ainsi, avec toute l’équipe de laïcs, à créer un climat de bienveillance et de liberté, respectueux des personnes.
Les sœurs qui vivent en communauté à St-Jacut y sont envoyées par la congrégation afin de répondre à la mission de l’Abbaye. C’est avec joie que chacune d’entre nous accueille et accepte cette mission.
Nous participons ainsi chaque jour à la vie de la maison pour offrir aux personnes hébergées un lieu privilégié. Nos hôtes y trouvent ainsi du temps disponible pour eux-mêmes, du temps pour se refaire, pour se reposer, un temps de détente mais aussi un lieu de réflexion et de rencontre.

NOTRE MISSION PREMIÈRE

La première de nos missions est d’accueillir les personnes telles qu’elles sont. Pour ce faire, nous cultivons à l’Abbaye un véritable esprit d’accueil, afin que nos hôtes, dès qu’ils arrivent, puissent se sentir tout de suite chez eux. Dans la maison, nous sommes comme des « veilleuses bienveillantes» exerçant envers toutes et tous une présence attentive, une attitude d’accueil dans une dimension profondément chrétienne.
L’attitude d’accueil des personnes va au-delà de tout clivage. Ainsi, croyant ou incroyant, semblable ou différent, riche ou moins riche, jeune ou âgé, bien-portant ou malade… tous sont bienvenus dans la mesure de nos moyens. Ce souci de l’autre tend de plus en plus à devenir un réflexe qui anime notre action.

DANS LE RESPECT DE TOUS

L’ouverture est la mise en œuvre d’une attitude toujours à cultiver : celle du profond respect de toute personne humaine. « Vous commencerez par le respect ! », voici ce à quoi nous invite Maurice Bellet, un familier de l’Abbaye.
Nous, les sœurs, pratiquons cette ouverture parce que nous croyons profondément que la relation construit la personne dans la réciprocité de ce que l’on donne et de ce que l’on reçoit.
L’esprit d’ouverture nous fait aussi nous tourner vers l’avenir pour accueillir et répondre à des demandes nouvelles qui parfois nous surprennent. C’est ce même esprit qui nous fait alors rechercher et mieux traduire ce à quoi nous croyons.

EXPRESSION VIVANTE DE LA FOI

Nous croyons à l’importance d’une foi qui s’exprime de façon vivante, au sein même de la maison. Sans prosélytisme aucun, nous offrons des moyens pour y parvenir, en toute liberté. Elles peuvent ainsipercevoir les signes d’une Présence, d’un Invisible qui marque les lieux, à de multiples occasions : prière communautaire ouverte à tous, célébrations rassemblant des personnes qui le souhaitent, possibilités de silence et de recueillement avec des espaces appropriés : chapelle, crypte, oratoire.   
Nous assurons l’animation liturgique des retraites, des réflexions bibliques, diverses célébrations, et  entretenons aussi une ouverture et une participation à la vie de la paroisse.
Nous contribuons également à créer un environnement de beauté, de sérénité tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.